Berliet GLR : la marque du renouveau

DEKRA Berliet GLR

Crédit photo : © 2009 Renault Trucks SAS tous droits réservés

Paul Berliet, décédé il y a un peu plus d’un an, est le fils de Marius, qui a donné son nom à l’une des meilleures marques de poids lourds français.

Berliet GLR : élu camion du XXè siècle

Elu camion du XXème siècle en 1994 par un jury de professionnels, réunis par le journal « Les Routiers », le Berliet GLR symbolise le renouveau de la marque et de la France au sortir de la seconde guerre mondiale.

En 1949, Paul Berliet est désigné pour reprendre l’entreprise familiale, fondée par Marius, en collaboration avec le président Émile Parfait. Il présente rapidement le GLR, qui se distingue par de nombreuses avancées techniques : un moteur cinq cylindres, une cabine fonctionnelle en position semi avancée, un pont à deux vitesses pour la version tracteur, une grande accessibilité pour l’entretien et les réparations…

Les premiers modèles sortent de l’usine de Vénissieux en 1950 et près de 100 000 exemplaires sont construits sur une trentaine d’année, une durée relativement longue pour un produit industriel. Si les caractéristiques de base restent les mêmes, tous les organes sont améliorés au fil du temps. Il commence par supporter un poids total en charge de 13 500 kg, et termine sa carrière à 19 000 kg, le maximum de la réglementation à l’époque.

Ce véhicule inaugurait une nouvelle étape dans l’histoire industrielle. Sa cabine métallique offrait une large visibilité. Son capot galbé protégeait les conducteurs en cas de choc frontal. La boîte à cinq vitesses et le moteur diesel procuraient une rare puissance pour un poids lourd, autorisant une vitesse de près de 75 km/h. De multiples configurations voient le jour : en 6×4, 3 essieux dont deux moteurs, en 6×6, 3 essieux moteurs, des motorisations quatre, cinq et six cylindres.

La Gazelle : camion mythique de « Cent mille dollars au soleil »

La version 6×6, nommée la Gazelle, est le camion mythique du film « Cent mille dollars au soleil » conduit par Jean-Paul Belmondo. Elle est nommée GBC 8 kt dans sa version militaire. Cette version est encore en service de nos jours après une cure de jouvence qui l’a vu être rebaptisé GBC 180. À partir des années 60, les camions à cabine arrière sont moins à la mode, les ventes déclinent, mais la marque garde un certain prestige.

En 1975, l’État décide du rattachement de Berliet à la régie Renault. Et en 1978, Berliet et la Saviem fusionnent pour créer l’unique constructeur français de poids lourds : Renault Véhicules Industriels. Cela entérine définitivement la disparition de la marque Berliet. Paul Berliet, de son côté, recevra la Grande Médaille d’or 2011 de l’Académie du mérite et du dévouement français, avant de disparaître l’été suivant.