Conduire en Europe, ça se prépare !

image_conduire_en_europe
L’Europe photographiée par satellite – Source : NASA

A chaque pays son style de conduite

Au sein de l’Union Européenne (UE), la libre circulation des personnes est un droit fondamental garanti à tous les citoyens. La suppression des frontières intérieures offre ainsi un gigantesque réseau routier accessible librement à tous les automobilistes européens. Mais avant de s’engager sur ces routes inconnues, il convient de toujours garder en tête un principe fondamental : les conducteurs n’ont pas tous le même comportement dans l’ensemble de l’Europe.

En Italie,  le klaxon est plus utilisé pour signaler sa présence qu’une situation de danger. Au Luxembourg et en Allemagne, malheur au conducteur qui refuse la priorité à un piéton qui souhaite traverser. En Belgique, les automobilistes  se rabattent plus systématiquement que les Français sur la voie la plus à droite. Les conducteurs grecs utilisent souvent la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute comme s’il s’agissait d’une voie de circulation classique. Et la liste des spécificités est encore longue… C’est donc d’abord en regardant bien les usagers habituels que vous pourrez noter les différents comportements. Bien conduire en Europe, c’est avant tout savoir anticiper les changements d’attitudes et s’y adapter.

Documents obligatoires pour conduire en Europe

Premier rappel : dans les 27 pays membres de l’UE, il suffit de posséder une carte nationale d’identité valide pour entrer, circuler et sortir de chaque pays. Le permis de conduire français est également reconnu dans toute l’UE. Un modèle unique de permis de conduire européen devrait progressivement être mis en circulation dans chaque Etat membre.  En France, ce nouveau permis sera délivré aux futurs conducteurs à partir de la rentrée 2013. A propos des jeunes conducteurs, attention : la conduite accompagnée n’est autorisée que sur le réseau français. Un jeune conducteur AAC ne peut donc pas prendre le volant à l’étranger.

Bien conduire en Europe, c’est aussi être capable de protéger les autres usagers et d’assumer ses responsabilités en cas d’accident. Pour cela, la carte verte internationale est indispensable. Celle-ci vous offre une couverture dans 44 pays signataires et permet de prouver que vous êtes assuré pour les dommages causés aux tiers lors d’un accident de la circulation. Si la carte verte n’est pas ou plus valable, vous devez souscrire une assurance temporaire (ou « assurance frontière ») en France  « qui offre les garanties minimales obligatoires du pays de destination ». Dans ce cas de figure, faites bien attention aux franchises et vérifiez l’étendue de la garantie.

Pour conduire l’esprit tranquille, informez-vous

L’association Prévention Routière met à disposition des automobilistes français 19 fiches pays régulièrement mises à jour. N’hésitez pas à les consulter avant de partir, vous y trouverez les principales règles et pratiques de conduite, la signalisation, les adresses à connaître ainsi que les diverses particularités propres à chaque pays européen. Vous trouverez aussi un lexique rassemblant les termes utiles traduits dans la langue du pays. Pour ceux qui souhaitent se rendre en Allemagne, n’oubliez pas de vous renseigner sur la vignette écologique, indispensable pour circuler dans certaines zones. Retrouvez toutes les informations en cliquant ici.