Ralentisseurs, nids de poule… déjouez les pièges de la chaussée !

plateau ralentisseur

Le parcours de l’automobiliste s’apparente parfois à celui du combattant. La route comporte certains pièges qu’il faut savoir déjouer, pour préserver la vie et la santé des personnes ainsi que la durée de vie des véhicules ! Voici quelques conseils pour éviter les impairs.

Les ralentisseurs routiers se multiplient en France pour un objectif tout à fait louable : protéger les piétons et en particulier les enfants aux abords des écoles.

Les communes n’hésitent donc pas à modifier la chaussée pour que les automobilistes lèvent le pied.  Cependant, les ralentisseurs doivent répondre à certaines règles établies par le décret 94-447 du 27 mai 1994.

Quelles normes pour les ralentisseurs routiers ?

Il existe différents types de ralentisseurs, parmi lesquels le traditionnel dos d’âne ou encore les « coussins berlinois« , les plateaux ou les bandes sonores.

Le décret indique que quelle que soit leur forme, ils ne doivent ni mettre en danger les piétons, ni porter atteinte aux deux roues.

En outre, ce type de dispositif ne peut être installé que sur certaines voies :

  • Les routes limitées à 30 km/h ou établies Zone 30.
  • Les aires de services ou de repos routières ou autoroutières.
  • Les chemins forestiers.

Par ailleurs, les ralentisseurs ne peuvent être isolés, c’est-à-dire qu’ils doivent faire partie d’un dispositif global de réduction de la vitesse. Ainsi ils peuvent être combinés entre eux ou s’intégrer à d’autres aménagements.

Comment protéger son véhicule face aux ralentisseurs ?

Aborder un ralentisseur demande une certaine maîtrise de sa vitesse. Hors de question de freiner brutalement au dernier moment. Non seulement cela aurait un impact sur la consommation d’essence et la pollution, mais cela s’avérerait également néfaste pour le confort voire la sécurité des passagers. Sans oublier l’usure des freins et de l’embrayage lorsque vous empruntez quotidiennement une route comportant des ralentisseurs.

A contrario, aborder un ralentisseur sans avoir suffisamment ralenti au préalable peut avoir des conséquences fâcheuses :

  • La mécanique de la voiture : les amortisseurs, le pare-chocs, les rotules, les carters d’huile ou encore les boucliers peuvent s’user prématurément ou se détériorer.
  • La santé des voyageurs : un ralentisseur pris de manière trop abrupte peut entraîner des problèmes de dos, notamment des douleurs au niveau des reins.

Il conviendra donc de ralentir bien avant le dos d’âne ou ralentisseur en utilisant le frein moteur puis de maintenir sa vitesse à un niveau faible, car d’autres dispositifs de sécurité sont susceptibles de croiser votre route. Cela vous permettra également de limiter l’usure de votre système de freinage en évitant tout freinage brutal.
Votre contrôle technique approche ? Découvrez quels sont les points de contrôle du freinage soumis à contre-visite.

Comment éviter les nids de poule ?

Si les ralentisseurs sont posés de façon volontaire sur les infrastructures routières, les nids de poule se forment généralement à cause d’un manque d’entretien ou encore en conséquence d’intempéries passées. Ces cavités se forment par l’infiltration d’eau sous la surface de l’asphalte et à cause de cycles de gel et de dégel répétés. Elles sont aggravées par le passage permanent de véhicules lourds.

Très dangereux, ils peuvent mener à la détérioration voire l’éclatement d’un pneu et à la sortie de route. En outre, les suspensions peuvent être affaiblies par le choc, notamment si vous freinez brutalement au moment de franchir l’obstacle. Ainsi, contrairement à une idée reçue, si vous ne pouvez éviter le nid de poule, relâchez la pédale de frein.

Il va sans dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir ! Avant de prendre la route, vérifiez que vos pneus sont correctement gonflés, ils n’en seront que plus résistants.

Pour éviter l’impact sans vous mettre en danger, veillez à toujours garder une distance suffisante avec le véhicule qui vous précède afin de mieux anticiper l’état de la route. Contrôlez votre vitesse et, si vous devez changer de voie, n’oubliez pas de vérifier qu’aucun véhicule n’arrive à ce moment-là.

Quoi qu’il en soit, un véhicule confronté aux obstacles de la route sera plus endurant s’il est bien entretenu et donc s’il est en bon état. Vous pouvez le vérifier en passant un contrôle technique volontaire dans un de nos centres DEKRA, NORISKO ou AUTOCONTROL.

 

Crédit Photos : sous licence Adobe Stock

 

Les commentaires sont fermés.