Contre-visite : tout ce que vous devez savoir

La contre-visite

Si votre véhicule ne passe pas son contrôle technique avec succès, il va falloir procéder à des réparations. Celles-ci seront vérifiées dans le cadre de la contre-visite. Vous trouverez dans cet article toutes les informations à connaitre pour que cette étape se déroule dans de bonnes conditions.

Petits rappels sur le contrôle technique

Tout conducteur doit soumettre son véhicule au contrôle technique. Sur un véhicule neuf, ce contrôle doit être effectué au cours des six mois qui précèdent le quatrième anniversaire de la date de la première mise en circulation. Après quoi, il devra être renouvelé tous les deux ans,.

Le contrôle technique a pour but de vérifier le bon état et le bon fonctionnement des principaux organes du véhicule. Ce diagnostic s’opère, sans démontage, sur 124 points de contrôle précis, répartis autour des 10 principales fonctions du véhicule.

A savoir : ces points de contrôle sont différents selon la typologie des véhicules. Les voitures hybrides et électriques sont ainsi soumises à un contrôle technique spécifique.

A quoi sert la  contre-visite ?

La contre-visite s’impose lorsqu’un  dysfonctionnement ou de mal-fonctionnement est constaté sur 72 points de contrôle spécifiques.

Des phares ou des clignotants défaillants pourront être sanctionnés, comme pourront l’être des défaillances concernant le dispositif de freinage, celui de l’équipement – sièges, ceintures de sécurité, etc.

L’état des pneus et leur adhérence, ou encore la bonne visibilité du conducteur, sont autant de critères à respecter. Attention aussi à la carrosserie, qui ne doit pas comporter de parties saillantes. Un niveau de pollution trop important peut également être un motif de contre-visite.

En fin de compte, la contre-visite peut être nécessaire si le contrôleur constate  le moindre élément qui pourrait compromettre la sécurité (la sienne comme celle des autres).

Elle intervient aussi lorsque la réglementation en vigueur n’est pas respectée. Par exemple : une plaque d’immatriculation peu lisible ou tout simplement absente entraînera des réparations obligatoires et donc une contre-visite.

Connaître le processus de la contre-visite

Si le véhicule ne passe pas le contrôle technique, le propriétaire a deux mois pour faire les réparations nécessaires sur les divers points concernés. Passé ce délai, une nouvelle visite technique est obligatoire.

Une fois les réparations faites, le véhicule doit être représenté dans le même centre de contrôle où a été réalisé le contrôle technique.

Si un défaut relevé lors du contrôle n’a pas été corrigé, une seconde contre-visite sera imposée, toujours dans le délai initial des deux mois suite au contrôle réglementaire. Si là encore, le défaut persiste, il faudra repasser une contre-visite.

Pour toujours conserver votre véhicule en bon  état, découvrez l’offre Fiabilis

Fiabilis est un contrôle volontaire partiel, qui vous permet de vérifier l’état de votre véhicule indépendamment des contrôles techniques obligatoires.

Avant de partir en voyage ou après un accrochage, ce contrôle portant sur 24 points (freinage, suspension, éclairage, signalisation, etc.) vous permet de prendre la route en toute sérénité.

Retrouvez plus d’informations sur notre site officiel.