Les nouvelles mesures 2018 sur la sécurité des piétons et l’éthylotest anti démarrage

Du renforcement de la protection des piétons, à l’élargissement du recours à l’éthylotest anti-démarrage (EAD), voici un tour d’horizon des nouvelles directives prises par le gouvernement en faveur de la sécurité routière.

Les chiffres font froids dans le dos. En 2017, selon le site Internet de la Sécurité routière, ce sont 3 448 personnes qui ont perdu la vie dans un accident de la route en France, dont 519 piétons. C’est pour protéger au mieux ces usagers pour le moins vulnérables, que l’État français a pris de nouvelles mesures plus dures envers les conducteurs. 

Jusqu’à moins 6 points sur le permis

Ces nouvelles règles font partie d’un plan annoncé lors du Comité interministériel de la sécurité routière le 9 janvier dernier. Elles sont effectives depuis le 18 septembre 2018, suite à la publication d’un décret sur la sécurité routière au Journal officiel. Le gouvernement souhaite que les usagers fassent preuve d’une plus grande vigilance sur la route.

Pour ce faire, les autorités n’hésiteront pas à sévir. En cas de non-respect des règles de priorité de passage accordées aux piétons, ce sera désormais 6 points qui seront enlevés au permis du conducteur et non plus 4 comme c’était le cas jusqu’alors. En somme, le champ des infractions “constatables” sans interception (flagrant délit) sera étendu jusqu’à la vidéo-verbalisation, afin d’assurer la protection des piétons et de prévenir les circulations en sens interdit ou à contresens.

Plus de sévérité sur les éthylotests antidémarrage (EAD)

Ce décret élargit également le recours aux éthylotests antidémarrage (EAD) pour lutter contre l’alcoolémie au volant. Un éthylotest antidémarrage est un instrument de mesure du taux d’alcool dans l’air expiré, associé au système de démarrage d’un véhicule. Avant de démarrer, le conducteur doit souffler. Et si le taux d’alcool enregistré est supérieur à celui autorisé par la législation, il empêche la mise en route du moteur.

Désormais, si un conducteur commet une infraction en lien avec une consommation excessive d’alcool (plus de 0,8 g/l), le préfet a la possibilité de prononcer une mesure de restriction du droit de conduire aux seuls véhicules équipés d’un dispositif EAD. Autrement dit, pour rouler en toute légalité, vous serez obligé d’avoir un EAD dans votre voiture, et, de fait, de souffler avant de démarrer. Pour information, l’installation de ce dispositif coûte aux alentours de 1 300€.

Enfin, en cas de surnombre de passagers dans le véhicule, le conducteur se verra retirer 3 points du permis de conduire. Toutes ces nouvelles mesures s’ajoutent au très controversé abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, effectif depuis le 1er juillet.