Permis vélo enfant : nécessaire pour la sécurité routière ?

Alors que le nombre d’accidents impliquant des cyclistes est en constante hausse, le gouvernement veut mettre en place le permis vélo. Objectif : apprendre aux enfants à pédaler en toute sécurité.

Il n’est pas toujours pris au sérieux, mais il pourrait bel et bien devenir réalité : le permis vélo pour enfant pourrait devenir un dispositif essentiel pour lutter contre la mortalité des cyclistes, qui n’a jamais été aussi élevée en France. En effet, les derniers chiffres de la Sécurité Routière indiquent que les accidents fatals de cyclistes sont en hausse de 2,4% en moyenne depuis 2009. Au mois de février, le nombre de morts sur les routes a franchi un record jamais atteint depuis dix ans.

Formés au permis vélo dès le plus jeune âge

Le 18 avril dernier, le gouvernement a donc annoncé le lancement d’un plan nommé « Savoir rouler à vélo ». Il cherche à sensibiliser les enfants de 6 à 11 ans à l’apprentissage et à la sécurité à vélo et ainsi les former à une réelle autonomie sur la voie publique avant l’entrée au collège. Au programme pour les jeunes écoliers, 10 heures de cours divisées en 3 étapes :

  • Bloc 1 – Savoir pédaler = maîtriser les fondamentaux du vélo.
  • Bloc 2 – Savoir circuler = découvrir la mobilité à vélo en milieu sécurisé.
  • Bloc 3 – Savoir rouler à vélo = circuler en autonomie sur la voie publique

Cette formation de sécurité routière n’est pas obligatoire mais s’inscrit dans le cadre du Plan vélo et mobilités actives du gouvernement, qui souhaite multiplier par trois l’usage du vélo en France à l’horizon des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Différentes associations telles que la Fédération Française de Cyclisme ou la Fédération des Usagers de la Bicyclette assurent ces heures de formation, en lien avec la Prévention Routière.

« Un savoir aussi obligatoire que lire ou écrire »

Les élèves du CP au CM2 découvriront ainsi les panneaux de signalisation mais aussi le partage de la chaussée. « L’idée est que les enfants l’intègrent dans leur programme éducatif et que rouler devienne un savoir aussi obligatoire que lire ou écrire », explique le président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), Olivier Schneider dans les colonnes du Parisien. « Un peu comme s’il s’agissait d’un permis vélo, l’objectif est de délivrer à terme des certificats d’aptitude à ceux qui suivront ces modules d’enseignement », renchérit Emmanuel Barbe délégué interministériel à la Sécurité Routière.

Mi-avril, le gouvernement a mis à disposition en ligne, la liste des 1200 clubs et associations habilités à délivrer cette formation de sécurité à vélo, gratuite la plupart du temps. En fonction du succès de ce programme « test », les écoles primaires pourront l’inscrire définitivement à leur programme.