Rapport DEKRA de sécurité routière 2014 : focus sur les villes

DEKRA-Rapport-Securite-Routiere-2014

Du chemin reste encore à parcourir pour réussir à tendre vers le « zéro victime » sur les routes françaises d’ici 2050. Cet objectif défini par l’Union européenne est pourtant bien réaliste. Pour l’atteindre, il est essentiel de se concentrer sur les milieux urbains, où se déroulent encore une large majorité des accidents graves. C’est pourquoi le Rapport DEKRA de sécurité routière 2014 se concentre sur ce sujet incontournable.

La ville : le grand défi de la sécurité routière en Europe

Le Rapport DEKRA de sécurité routière 2014 confirme les bons chiffres généraux de la sécurité routière en Europe. Le nombre de tués sur les routes européennes connait en effet une baisse significative depuis plusieurs années.

Néanmoins, DEKRA souligne plusieurs axes d’amélioration, notamment dans les milieux urbains. En effet, la majorité des accidents mortels et des cas de blessures graves sont recensés en ville.

D’une part, les villes connaissent une forte croissance de leur population et ces habitants ont des besoins de plus en plus importants en matière de mobilité. Mais les infrastructures peinent à suivre la hausse de ces besoins.

D’autre part, la ville attire une mosaïque  d’usagers : automobilistes, piétons, enfants, transporteurs, cyclistes, motards, etc. Cette cohabitation complexe est particulièrement accidentogène.

Pour mieux comprendre ce constat, DEKRA propose une carte interactive inédite qui présente les 572 villes européennes de plus de 50.000 habitants qui ont atteint le « zéro mort » sur leurs routes entre 2009 et 2012.

Avec cet outil, DEKRA souhaite ainsi montrer que les grandes échéances fixées par Bruxelles, en matière de sécurité routière, pour tendre d’ici 2050 vers le « zéro mort », sont loin d’être inatteignables.

Les grandes villes françaises au centre de la question

En France,  52% des accidents corporels et 28% des accidents mortels sont recensés en ville. Alors que les populations urbaines s’accroissent, il est donc impératif de proposer des mesures pérennes pour la sécurité routière.

Nos voisins européens apportent d’ailleurs la preuve qu’il n’y a pas de fatalité. En Allemagne, 21% des villes de plus 100.000 habitants ont atteint l’objectif « zéro mort » au moins une année. Le score s’élève à 43% en Espagne, 47% en Grande-Bretagne et à 52% aux Pays-Bas.

En France, 13% des villes de plus de 100.000 habitants (seulement 5 sur 39 !) ont fait aussi bien. La marge de progression est donc encore importante.

Pour Geoffrey Michalak, Directeur Technique et Qualité de DEKRA Automotive : « Ce constat ne signifie pas pour autant que la sécurité routière ne soit pas une priorité française. La France, dont seulement 22% de la population se trouve dans les villes de plus de 50.000 habitants, contre par exemple  54% en Grande-Bretagne, a dirigé ses efforts sur son vaste réseau autoroutier, dont  le niveau de sécurité est aujourd’hui 5 fois supérieur au reste du réseau ».

DEKRA met en avant 3 axes d’amélioration

Les infrastructures jouent un rôle essentiel dans la sécurité routière.
Des mesures peuvent être prises pour faciliter la visibilité entre usagers de la route et améliorer la signalisation des situations de circulation complexes. Par exemple : l’installation de passages piétons en biais est une piste intéressante pour permettre au piéton de mieux voir les véhicules et d’être vu. D’autres mesures semblent tout aussi nécessaires, comme l’optimisation des pistes cyclables et la modernisation de l’éclairage.

Miser sur la technologie embarquée pour  pallier les erreurs de conduite.
Les assistants électroniques à la conduite constituent une part importante de la solution. Bien que les constructeurs incluent de plus en plus ce type d’outil dans l’ensemble de leurs modèles, DEKRA estime que le taux d’équipement est encore trop faible. Pourtant, ces systèmes sont de vrais alliés pour le conducteur, dont l’attention en ville est facilement perturbée. DEKRA propose donc la généralisation de ces dispositifs sur tous les véhicules neufs proposés à la vente.

Le dernier champ d’action concerne le comportement des usagers de la route.
Nicolas Bouvier, Directeur Général de DEKRA Automotive et Président du Réseau explique la nécessité d’une cohabitation basée sur l’empathie. « En effet, un nombre trop élevé d’accidents entraînant des dommages corporels et matériels sont causés par une perception insuffisante des risques. Nos experts relèvent fréquemment un déficit de connaissance des règles du code de la route, voire un manque d’acceptation, ainsi que l’incapacité à se mettre à la place d’autres usagers de la route […] ». L’inattention est bien souvent au cœur des facteurs d’accidents de la route. L’utilisation d’écouteurs, l’usage du téléphone, la manipulation du GPS sont autant de facteurs de risque.

DEKRA, acteur engagé de la sécurité routière

Depuis 2008, DEKRA édite et publie des rapports dont la vocation est de nourrir et faire progresser le débat.

L’objectif est de fournir des propositions concrètes afin de susciter le dialogue avec avec la classe politique, les experts de la circulation, les constructeurs automobiles ainsi que les instituts de recherche et les associations.

DEKRA milite depuis près de 90 ans pour l’amélioration de la sécurité routière.

Signataire de la Charte de l’Union européenne pour la sécurité routière, l’entreprise soutient durablement le programme d’action européen récemment adopté par l’UE, visant à réduire de moitié le nombre de victimes de la route d’ici 2020.

Pour télécharger le Rapport DEKRA de sécurité routière 2014 dans son intégralité , cliquez sur ce lien