Le bouton d’appel d’urgence eCall obligatoire

eCall

Voilà une bonne nouvelle pour la sécurité routière. Le bouton d’appel d’urgence appelé « eCall » est désormais obligatoire pour les nouveaux véhicules produits et ce depuis le 1er avril 2018. Rappelez-vous, on en parlait déjà en 2013, car cela fait suite à la mise en application d’une Directive Européenne datant de 2015.

 

L’ecall, quels bénéfices ?

Le petit bouton d’appel d’urgence permettrait, selon la Commission Européenne, le déplacement plus rapide des secours pour ainsi limiter la gravité des blessures et des traumatismes. Il sauverait près de 2 500 vies par an ! Le dispositif permettrait également d’accélérer le temps d’intervention d’urgence de 50% en zone rurale et de 40% en milieu urbain.

L’impact de l’eCall sur l’amélioration des secours routiers dépend surtout de la situation et de la nature de l’accident. En cas de grand isolement, il peut s’écouler parfois plusieurs heures avant le premier appel vers les services d’urgence. L’intérêt de l’eCall pour les réseaux secondaires ou en cas de perte de conscience des passagers est donc notoire.

Comment ça fonctionne ?

En cas d’accident, le système eCall compose instantanément le numéro des services d’urgence unique en Europe, le 112. Le dispositif s’active par exemple lorsqu’il détecte le déclenchement d’un airbag ou celui d’un prétensionneur de ceinture. Une communication vocale possible 24h sur 24 s’établit alors entre le véhicule et l’opérateur du centre d’appel d’urgence. S’ils sont en mesure de le faire, les passagers fournissent tous les détails nécessaires aux équipes de secours sur la situation de l’accident. En parallèle, l’opérateur du centre d’appel d’urgence reçoit des informations clés : la géolocalisation de l’accident, le type du véhicule et éventuellement les données du système de bord. A l’aide de ces données, des moyens adaptés peuvent être déployés.

Mais le dispositif ne s’arrête pas là ! L’eCall peut également être activé par un occupant de la voiture. Cette fonction permet de déclencher l’appel manuellement en cas de défaut du système automatique, de panne sur l’autoroute ou encore lorsque les passagers d’un véhicule sont témoins d’un accident.

Pas encore équipé de l’eCall ? Des alternatives existent

Si votre véhicule n’est pas équipé de cette technologie embarquée, sachez que la société Splitsecnd a développé le premier dispositif accessoire certifié eCall en Europe. Splitsecnd peut se brancher dans n’importe quel véhicule et en cas d’accident, le dispositif contacte automatiquement le centre d’urgence dédié à Splitsecnd afin d’assurer au conducteur une aide immédiate. La technologie a un prix… il vous faudra débourser 242€ (avec deux ans de service inclus) pour le boîtier Splitsecnd.

Côté motards, ils ne sont pas oubliés puisque la société Cosmo a créé un accessoire connecté à accrocher au casque, permettant de détecter les chutes et de prévenir des contacts ou une plateforme téléphonique lorsque l’utilisateur souscrit à un abonnement.

 

Source : europe-consommateurs.eu

Source photo : techno-science.net