La peur en voiture, comment la surmonter et l’éviter ?

Que l’on soit passager ou conducteur, être en voiture peut parfois être une source d’anxiété voire même de phobie pour certains. Voici quelques solutions, pour surmonter sa peur en voiture.

D’où vient la peur de conduire ?

Conduire n’est pas une partie de plaisir pour tous. Alors que prendre le volant est considéré comme naturel et indispensable pour certains conducteurs, d’autres sont anxieux pour diverses raisons. Parmi les origines de ce qu’on appelle l’amaxophobie, il y a notamment :

  • Un manque de confiance en soi,
  • Un souvenir traumatisant (on parle alors de phobie post-traumatique),
  • La crainte de commettre une faute et de provoquer un accident,
  • Le fait d’avoir une impulsion dangereuse.

 

Ces peurs en voiture peuvent vite devenir handicapantes, surtout lorsqu’on a besoin de se déplacer régulièrement. Souvent, elles apparaissent lors d’événements qui peuvent sembler anodins, tels qu’une hésitation dans un rond-point, une voiture à l’arrière un peu trop proche ou encore quand on cale au redémarrage après un feu rouge ou un stop. Il existe différents types d’angoisses : la peur de perdre ses moyens, la peur de ne pas pouvoir se contrôler et même la peur d’avoir peur !

Pour les passagers, la peur en voiture vient souvent d’un manque de maîtrise de la situation (sensation de faiblesse) mais aussi, parfois, d’un manque de confiance en la personne qui conduit. Ces pics d’anxiété peuvent être apprivoisés grâce à une gestion du stress optimisée et à un travail sur soi.

Comment se manifeste la peur en voiture ?

Pour les conducteurs, c’est plus compliqué. Car la peur en voiture paralyse et perturbe les gestes de conduite, même si les réflexes dits naturels sont généralement conservés. Le problème, c’est que ce sentiment peut survenir sans raison évidente. « Il peut s’agir de troubles anxieux, en rapport avec la survenue d’attaques de panique ou d’idées obsédantes. Certaines personnes ont ainsi une peur irrationnelle de perdre connaissance brutalement ou d’avoir une impulsion qui résulterait en un geste dangereux au volant », explique le psychiatre Antoine Pelissolo dans Le Figaro Magazine.

Concrètement, les manifestations de peur au volant se traduisent par les signes classiques du stress : vertiges, tremblement des mains, crispation des muscles des bras ou des jambes. Au volant, les symptômes les plus fréquents sont les palpitations et l’accélération de la respiration, mais ceux qui ont le plus peur sont ceux qui peuvent gêner les gestes de conduite. Pour ne pas s’inquiéter, il faut apprendre à maîtriser sa phobie.

Comment contrôler sa phobie de la voiture ?

La peur en voiture peut se dissiper grâce à l’apprentissage mais aussi l’expérience. Afin d’éviter de céder à la panique, il faut se faire à l’idée que l’anxiété va revenir en étant dans la voiture. Ainsi pour pouvoir la combattre, vous pourrez commencer par travailler sur votre respiration, en inspirant lentement par le nez et en expirant par le ventre plutôt que par le thorax.

Ensuite, il faut relâcher ses muscles et essayer de se détendre. « Si l’angoisse persiste, il ne faut pas hésiter à s’arrêter à un endroit où cela est possible : on se détend puis on repart » ajoute le psychiatre. Mais si en dépit de vos efforts, la peur persiste et devient handicapante, il est recommandé de consulter un praticien en thérapie comportementale, ou en thérapie par réalité virtuelle (voir vidéo ci-dessous). La personne angoissée commence par un casque de réalité virtuelle qui lui permet de s’immerger totalement dans l’environnement anxiogène. Ensuite, après ce travail au préalable accompagné d’un psychologue, elle peut passer sur un simulateur et sur la route.

 

Enfin, pour se sentir en sécurité sur la route, il est primordial que le véhicule soit en parfait état. Pour cela, pensez au contrôle technique qui vise à vérifier les principaux points de sécurité du véhicule.

 

Découvrez les 3 derniers articles autour de la thématique sécurité routière :