Permis de conduire : 5 erreurs bêtes et méchantes

Pour de nombreuses personnes, l’examen du permis de conduire est une épreuve difficile tant le stress est à son maximum. Durant une vingtaine de minutes, il est essentiel de rester concentré, de bien maitriser son véhicule et de ne pas se laisser intimider par l’examinateur. Trop d’informations à gérer ? Voici quelques conseils qui devraient vous aider à dépasser la peur et à éviter de faire les erreurs les plus fréquentes qui peuvent être éliminatoires.

1.    Être trop hésitant

Avant de commencer, prenez le temps de respirer profondément pour évacuer le stress. En effet, la plupart des candidats sont tellement terrifiés à l’idée de rater leur examen qu’ils perdent plus de 10 % de leur concentration dès le départ. Pensez que vous allez juste faire une ballade et que vous contrôlez parfaitement votre conduite. Garder la sérénité, c’est s’assurer de moins se disperser et de mieux maitriser son environnement, notamment sa voiture.

Le stress, s’il n’est pas géré, aboutit généralement à une conduite hésitante. Rester à cheval sur la ligne discontinue, hésiter entre deux voies de circulation, hésiter lors des dépassements, voilà autant de choses qui ne seront pas bien vues par l’examinateur. Il faudra être rapide, mais précis dans ses manœuvres, surtout dans les voies rapides.

2.    Y aller tête baissée

Avec tout ce qu’on a pu apprendre lors des cours de conduite, il est assez compréhensible d’oublier certains réflexes. Ces petits trous de mémoire se paient toutefois très cher dans ce genre d’examen et les manœuvres désordonnées peuvent entrainer des accidents.

Avant de mettre le contact, n’oubliez pas d’effectuer tous les contrôles nécessaires : ceinture, rétroviseurs, pommeau de vitesses… Repérez également où se situent tous les éléments du tableau de bord : clignotants, essuie-glaces… Et veillez à être le plus confortable possible, notamment au niveau du recul du siège.

3.    Abuser de la voie de gauche

Au cours du trajet, la règle est de toujours rester sur la voie la plus à droite, à un rythme de conduite soutenu et ne passer sur la voie de gauche que pour dépasser un autre véhicule – si la ligne est discontinue – ou pour tourner.

Restez vigilant : une conduite prolongée sur la voie de gauche va également être considérée comme une erreur éliminatoire par l’examinateur.

4.    Confondre bande d’arrêt d’urgence et voie de circulation

La voie d’arrêt d’urgence est cette portion de route qui se situe à droite, sur les autoroutes ou les routes à chaussées séparées.  Elle ne doit jamais être empruntée par un conducteur lambda sauf en cas de nécessité absolue. Il faut donc mieux éviter de s’y arrêter ou d’y circuler !

5.    Ne pas marquer l’arrêt lorsque c’est obligatoire

Les candidats qui ne respectent pas les panneaux de signalisation STOP seront également recalés à l’examen d’obtention du permis, car même si c’est une erreur basique, il reste qu’elle est éliminatoire. Ainsi, il faudra entamer un freinage pas trop brusque à la vue des signaux qui indiquent l’arrêt. Dans le cas des passages piétons, il faudra freiner avant d’empiéter sur les marquages au sol.

Certains candidats estiment à tort qu’il suffit de ralentir lorsqu’on entame un STOP. En plus d’être dangereux, c’est une action qui sera suivie d’une évaluation négative sur la fiche de l’examinateur.

Comme pour tout, l’essentiel est d’avoir confiance en soi. Et cette confiance ne s’acquiert qu’avec l’expérience. Une astuce avant l’examen : entraînez-vous avec un moniteur qui ne vous connaît pas. Cela vous permettra de vous mettre en condition et en confiance.