Stationnement auto : payerez-vous plus cher vos PV en 2018 ?

stationnement payant

Dès ce mois de janvier 2018, les mairies pourront elles-mêmes gérer les amendes pour stationnement non payé ou encore en confier la charge à des entreprises privées. Quels seront les impacts pour les usagers de la route ?

Comprendre la réforme du stationnement

La réforme du stationnement payant sur voirie est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Elle a été adoptée dans le cadre de la loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles (MAPTAM). Ce nouveau dispositif a pour but principal d’aider les collectivités territoriales à mieux gérer les déplacements automobiles et l’espace urbain.

Conséquence de la réforme : stationner sur la voie publique sans mettre d’argent dans le parcmètre ou en dépassant la durée limite ne relèvera plus du pénal. Terminées donc les amendes dressées par les forces de police ! Désormais – s’il ne paye pas son stationnement – l’automobiliste devra s’acquitter d’un forfait post-stationnement (FPS) mais celui-ci sera bien plus cher que le tarif normal de stationnement.

Pourquoi dépénaliser ? C’est en fait une astuce juridique : en transformant les traditionnels PV par des FPS, les collectivités locales ne sont plus obligées de pratiquer les mêmes sanctions partout en France au nom de l’égalité des citoyens devant la justice.

Des communes font flamber les prix

En effet, jusqu’à la fin de l’année 2017, l’amende pour non paiement ou dépassement du temps limite de stationnement s’élevait à 17 €. Que vous trouviez ça cher ou non, ce n’est maintenant plus la question puisque la MAPTAM donne désormais le pouvoir aux villes de fixer elles-mêmes le tarif du forfait post-stationnement. Dans certaines communes le prix s’envole littéralement. En effet, 93 des 800 villes qui disposent de places payantes ont fixé le montant du forfait qu’elles exigent. Et pour la plupart d’entre-elles, il vaut mieux que les conducteurs n’oublient pas de mettre un ticket derrière leur pare-brise.
Exemple : le montant du FPS sera compris entre 10 et… 50 € à Paris et jusqu’à 60 € à Lyon.

Les villes où il fera bon stationner

Au contraire des grandes villes, certaines communes de taille moyenne ont choisi d’avoir une tarification de stationnement plus consensuelle, afin de ne pas provoquer une baisse de fréquentation du centre-ville.

Calais (Pas-de-Calais), par exemple, rend payantes seulement 1 500 de ses 50 000 places tout en laissant le premier quart d’heure de stationnement gratuitÀ Chambéry (Savoie), la première demi-heure est gratuite avec la création de trois zones de stationnement : plus vous serez proches du centre-ville, plus le tarif augmentera. Et pour mieux gérer l’espace urbain, la commune envisage de créer 1 000 places de stationnement supplémentaires d’ici deux ans, dans des parkings de périphérie situés à moins de 200 m du centre.

 

Crédit photo Shuttertock