Covoiturage : les pouvoirs publics sont prêts à vous payer !

Alors que les ventes de véhicules neufs ont explosé en octobre, les initiatives publiques comme privées se multiplient pour encourager le covoiturage. L’enjeu : diminuer le trafic automobile, lutter contre l’engorgement des agglomérations et contre la pollution.

Vous le savez maintenant, DEKRA Automotive est partenaire du leader du covoiturage BlablaCar et permet à tout automobiliste qui partage son véhicule via la plateforme blablacar.fr de bénéficier d’une importante remise sur son contrôle technique. Le covoiturage longue distance bénéficie d’un succès incontestable auprès des Français, et pas seulement des étudiants. Si certains y voient un moyen d’économiser de l’argent, d’autres apprécient de partager leur trajet – afin que le temps paraisse moins long !

Les pouvoirs publics encouragent le covoiturage de proximité

Mais au-delà du covoiturage longue distance, ce qui intéresse également les pouvoirs publics, c’est le covoiturage de proximité : en d’autres termes, le partage du véhicule sur de courtes distances et plus particulièrement entre le domicile et le travail. Ainsi, en Haute-Savoie, plusieurs entreprises comme Rossignol, Somfy ou Decathlon encouragent leurs salariés à se déplacer ensemble via un réseau baptisé G.R.E.En (Groupement pour la Responsabilité Environnementale des Entreprises). 1.200 trajets quotidiens sont ainsi enregistrés via une application mobile dédiée.

10 euros offerts pour les nouveaux adeptes

En Ile-de-France, le conseil régional a annoncé une série de mesures pour inciter les Franciliens à voyager en groupe (1). Une subvention est versée à certaines plateformes de covoiturage afin que celles-ci puissent recruter de nouveaux adeptes à travers des offres promotionnelles, comme par exemple une réduction de 2 euros sur le premier trajet de covoiturage. Selon les études, chaque voiture francilienne est en moyenne occupée par moins de 1,3 personnes. En passant à 2 occupants par véhicule, la région pourrait diminuer d’un tiers son trafic automobile. Certains départements, comme les Yvelines et le Val d’Oise, offrent même 10 euros à celles et ceux qui seraient tentés de passer le cap avant le 31 décembre 2017 (2).

Orléans finance 10.000 trajets !

Une initiative qui a donné des idées à l’agglomération d’Orléans. Elle a en effet décidé de prendre en charge 10.000 trajets de covoiturage pendant 6 mois, à partir du 6 novembre 2017 et à hauteur de 20.000 euros.

Quant aux sociétés gestionnaires d’autoroute, elles ne sont pas en reste. Vinci multiplie ainsi les espaces de parking spécialement dédiés au covoiturage. Son public : les professionnels ayant besoin de se déplacer pour des missions ponctuelles (réunion, formation, séminaire…). Les points de rendez-vous et de dépose sont ainsi facilités et surtout… se retrouvent à proximité des commerces autoroutiers. Voilà de quoi attirer de nouveaux clients !

 

(1)    Opération « Tous ensemble pour le covoiturage ».
(2)    Via le service public de covoiturage : covoitici.fr

Crédit photo : BlaBlaCar