Sécurité routière : les cyclistes et trottinettes payent un lourd tribut.

sécurité routière des cyclistes22
Le blog DEKRA>Actualités>Sécurité Routière>Sécurité routière : les cyclistes et trottinettes payent un lourd tribut.

Le succès croissant du vélo et de la trottinette électrique par les Français devient un enjeu majeur de sécurité, tant les accidents se multiplient. En cause, le comportement des cyclistes et autres usagers, pas toujours adapté aux dangers de la route.

Comme le souligne le rapport DEKRA 2020, ces dangers sont souvent sous estimés par les nouveaux utilisateurs de mobilités dites “douces”. L’une des raisons tient au fait que vélos et trottinettes sont souvent considérés comme des engins de loisirs plutôt que comme des moyens de transports. Leurs utilisateurs ont donc tendance à moins respecter le code de la route que les automobilistes, soit par méconnaissance, soit de façon délibérée. Il n’y a en effet aucune contrainte légale à utiliser un vélo ou une trottinette : on peut les pratiquer à tout âge et sans permis.

Comme l’indique Karine Bonnet, Présidente du Réseau et Directrice Générale de DEKRA Automotive SAS, « alors que les chiffres de la sécurité routière s’améliorent d’année en année, les deux-roues continuent à payer un lourd tribut et notamment les cyclistes. Depuis 2010, en France, on constate une baisse constante de la mortalité routière dans toutes les catégories à l’exception des piétons dont le nombre de décès reste constant, mais surtout en ce qui concerne les cyclistes dont le nombre de morts a augmenté avec une évolution moyenne annuelle de +2,7 % ».

Casque, gilet jaune : les cyclistes et “trottineurs” s’équipent mal

Le port du casque est peu adopté par les Français. Alors que plus de 60% des londoniens le portent en déplacement, les parisiens ne sont que 19,9% à l’avoir adopté. Cela reste dans la moyenne européenne, mais c’est moins que les berlinois ou les viennois.

De façon étonnante, les Néerlandais, connus pour être précurseurs en matière de cyclisme en ville, ne sont que 1% à porter le casque. Mais leurs infrastructures sont bien plus adaptées aux vélos et cela depuis des années.

En France, il reste encore de nombreux efforts à fournir du côté des pouvoirs publics pour sécuriser le parcours des cyclistes et des utilisateurs de trottinettes. Trop de pistes cyclables ne sont pas encore bien séparées du reste du trafic routier, notamment sur le voies les plus rapides.

L’équipement des usagers de la route ne doit pas non plus être négligé : gilets fluorescents et bandes réfléchissantes sont particulièrement utiles pour la visibilité des usagers les plus fragiles sur la route. Sensibiliser ces mêmes usagers aux dangers de la route l’est tout autant. Ainsi, DEKRA fournit gratuitement à ses clients poids lourds des autocollants désormais obligatoires, que les routiers doivent apposer pour signaler l’angle mort de leur camion.

Les innovations au secours de la sécurité routière

Il existe également certaines innovations qui peuvent aider à réduire le taux de mortalité sur les routes, comme ces feux avant qui projètent une lumière au laser sur le sol pour annoncer l’arrivée du cycliste à un carrefour. A l’arrière du vélo, il existe également de nouveaux types de feux, qui indiquent aux automobilistes, routiers et motards la distance minimale de sécurité à respecter avant de dépasser le cycliste.

L’engin de mobilité peut lui-même être en cause lors d’un accident. Les vélos électriques sont de plus en plus populaires, notamment auprès des plus de 55 ans. Et ceux-ci peuvent parfois être surpris par la puissance de freinage de ces véhicules d’apparence anodine. Heureusement, là aussi, la technologie peut compenser ce regain de puissance. L’apparition des freins à disque ou de l’ABS sur les vélos les plus récents en est la preuve.

Les recommandations de DEKRA pour améliorer la sécurité des cyclistes, trottinettes et autres mobilités douces.

  • Le respect du code de la route et des autres usagers, notamment les plus fragiles, comme les piétons,
  • L’amélioration des infrastructures, pour prendre en compte les nouvelles façons de se mouvoir, notamment en ville,
  • De continuer à innover en matière d’équipements pour mobilités douces,
  • De dispenser aux écoliers du primaire une formation aux règles de conduite,
  • D’utiliser systématiquement un casque, même si ce n’est pas obligatoire.

En savoir plus : Rapport DEKRA 2020

Lire aussi :

Articles sur le même thème