Voiture hydrogène : le plan de Nicolas Hulot pour la faire décoller

Après s’être concentrée sur les véhicules électriques, la France étudie désormais la piste de l’hydrogène. L’actualité est récente puisque le vendredi 31 mai dernier, Nicolas Hulot s’est exprimé sur son projet d’étendre cette énergie au niveau national et ce en déployant une enveloppe de 100 millions d’euros ! Cela mérite quelques explications.

La voiture hydrogène, comment ça marche ?

Un véhicule à hydrogène produit sa propre électricité grâce au fonctionnement d’une pile à combustible qui est alimentée en hydrogène par un réservoir. Une batterie de servitude reste tout de même nécessaire pour l’alimentation des différents équipements électriques. Ces véhicules rejettent uniquement de la vapeur d’eau ! Ce qui fait de l’hydrogène une énergie 100% propre. Enfin, à une subtilité près, l’hydrogène ne doit pas être produit à partir d’énergie fossile. Le 31 mai dernier, Nicolas Hulot a particulièrement insisté sur ce point, il veut aider les projets qui produisent ce gaz avec des énergies renouvelables.

 

Que propose Nicolas Hulot ?

Lors de son intervention, le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire a présenté un plan de soutien à la filière hydrogène française. L’ambition de Nicolas Hulot étant de faire de la France un « leader mondial de cette technologie encore émergente ». Cette énergie continue d’avoir mauvaise presse puisque chaque année le million de tonne d’hydrogène produit est responsable de 3% des émissions de CO². L’enjeu est donc de produire de l’hydrogène « propre » sans utilisation des énergies fossiles !

Côté infrastructure, Nicolas Hulot prévoit la création de 100 stations-service avec l’introduction de plus de 5 000 véhicules utilitaires légers (VUL) à hydrogène et 200 véhicules lourds (comme des bus, camions, TER et bateaux) d’ici 2023. Pour 2028 l’objectif est d’autant plus ambitieux : de 20 000 à 50 000 VUL, 800 à 2 000 véhicules lourds et 400 à 1 000 stations-service.

 

Limiter la pollution même en vacances !

Avant d’emprunter la route des vacances, un contrôle technique peut être nécessaire et vous évitera sûrement des petits tracas. Il s’agit également de limiter la pollution dans les zones à forte affluence. Alors pour partir en toute sérénité, vous pouvez effectuer un contrôle technique volontaire partiel ou intégral. Selon votre demande, le contrôleur ne vérifie que certains points ou effectue le contrôle sur la totalité des points de vérification. Vous pourrez ensuite profiter pleinement de vos vacances !