COP 22 : de Paris à Marrakech

cover-facebook-menara-cop22-fr

L’économie verte, de plus en plus florissante, attise bien des convoitises. Entre les constructeurs automobiles cherchant à développer de nouveaux modèles hybrides, les innovateurs et la sphère politique annonçant de nouvelles initiatives, l’écologie a le vent en poupe. Zoom sur des initiatives écologiques.

Outre la fermeture de la rive droite parisienne, la mairie de Paris a lancé un défi inédit. Après le test d’une première journée sans voiture, la municipalité parisienne propose à des candidats de se priver de leur véhicule durant une semaine. Mais pas question de se déplacer à pied ! En échange, les heureux élus pourront utiliser tous les transports en commun mis à disposition, du métro à l’Autolib, sans débourser un seul centime. Mais la mairie de Paris ne fait pas l’unanimité auprès de tous. Elle a d’ailleurs été beaucoup critiquée après sa décision d’interdire la circulation aux véhicules de plus de 20 ans.

Cette directive a toutefois donné des idées à quatre ingénieurs de l’industrie automobile, qui ont créé Ian Motion. La société se présente comme spécialiste de « l’électrification » de voitures anciennes. Son objectif est simple : « donner une seconde vie aux véhicules afin d’éviter leur mise à la casse ». Pour le moment, la startup ne propose que la restauration des Austin Mini, en nombre limité (30 à 40 par an). Bien évidemment, tout cela a un coût : 40 000€.

Au titre de la protection de l’environnement, DEKRA Automotive est impliquée depuis de nombreuses années. Elle est notamment engagée aux côtés de l’association Planète Urgence, et propose aux automobilistes d’agir avec « le Forfait Vert ». Il vous permet de faire un geste pour lutter contre le réchauffement climatique et maîtriser votre niveau de pollution. En savoir plus.

La COP 22 a déjà commencé

La ville ocre veut se verdir ! Marrakech accueille la COP 22 depuis lundi dernier. La capitale marocaine se prépare à montrer l’exemple au monde entier par des innovations autour de la production et l’utilisation d’électricité. Depuis ce mois-ci, une trentaine de bus électriques circulent dans Marrakech et bénéficient de voies dédiées. Ces bus sont alimentés par des bornes de recharges électriques via une station solaire.

De son côté, pour profiter de l’exposition médiatique de la COP 22, Uber lance un mode de transport urbain écologique : UberGreen. Associé à Derichebourg Maroc, la firme californienne met à disposition de chacun de ses chauffeurs privés un véhicule électrique. Mais la vraie révolution de la COP 22 est à mettre au crédit de la société Steinrich Cycles : le projet Solar E-Cycles a créé quatre prototypes de véhicules solaires à Rabat.

Crédit photo : Tout droit réservé

Deux prototypes du projet Solar E-Cycles – Crédit photo : Tout droit réservé

Le véhicule ne ressemble en rien aux standards actuels : il est composé de deux vélos et d’un banc couvert par un panneau solaire. Capable de transporter deux à trois personnes, le prototype peut rouler jusqu’à 50 km/h si le soleil répond présent. Ce véhicule, déjà présent au Kenya, servira principalement à la population rurale. Cette voiturette pourrait également servir au tourisme durable. La société expose ses modèles lors de la COP 22 avant de participer au Moroccan Solar Race Challenge, une course de voitures solaires organisée en marge de la conférence mondiale sur le climat.

Rendez-vous en nombre 2017 pour la 23ème édition de la conférence sur le climat.