Secteur automobile, bilan de l’année 2012

Sources : wikimedia commons - Laitr Keiows

Source : Wikimedia commons – © Laitr Keiows

DEKRA revient sur l’année 2012 qui confirme deux  grandes tendances au sein du marché automobile : le dynamisme des pays émergents et la morosité en Europe.

A l’échelle mondiale, une année marquée par la croissance

Depuis plusieurs années, la Chine a dépassé l’Europe et les Etats-Unis en nombre d’immatriculations. Désormais en tête du classement mondial, avec 19,3 millions d’immatriculations en 2012, la Chine pourrait même devenir le premier producteur mondial. D’après l’étude du cabinet IHS Automotive, près de 20 millions de véhicules légers « made in China » devraient être produits en 2013. De son côté, L’Europe devrait plafonner à 18 millions, en prenant en compte la Turquie et la Russie ! Et la Chine n’est pas un cas isolé. D’autres pays émergents tirent aussi le marché mondial vers le haut. Le Brésil, où les ventes de voitures et de véhicules utilitaires légers ont augmenté de 6,1 %, ou encore l’Inde, dont l’industrie automobile a connu une croissance de 5% en 2012.

Le ralentissement se poursuit en Europe

D’après l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles (ACEA), les ventes de voitures neuves ont chuté de plus de 8%. A divers degrés, tous les Etats de l’UE font face à une baisse. En France, l’année 2012 est marquée par un repli de 14% des nouvelles immatriculations. Concrètement, cela représente 350 000 véhicules de moins qu’en 2011. Les constructeurs français subissent de plein fouet cette chute, même si leur part de marché demeure supérieure à 50%. Cependant, ce sont les constructeurs allemands orientés vers le haut de gamme qui résistent le mieux. Audi, BMW ou encore Mercedes enregistrent même une légère hausse de leurs ventes en France. 2013 sera-t-elle l’année de la relance ou doit-on s’attendre à une nouvelle période marquée par la morosité ?

Et pour 2013 ?

Si aucune remontée spectaculaire n’est attendue en Europe, les analystes prédisent plutôt une stabilisation du marché pour l’année 2013. La question de la surcapacité du vieux continent demeure au centre des préoccupations avec, encore une fois, des disparités  entre les constructeurs. Pour la France, Patrick Blain, Président du CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles) envisage plus une accalmie qu’une véritable reprise :  « On ne va pas se reprendre un – 15 % en 2013. On ne voit pas du tout le marché se redresser, mais on ne le voit pas non plus s’enfoncer de la même façon. Il est probable qu’il prenne quelques points de baisse par rapport à 2012, et il sera stable dans le meilleur des cas ».

Sources :

  • Association des Constructeurs Européens d’Automobiles (ACEA) –  Site officiel
  • Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA) – Site officiel