Le malus écologique automobile sera durci en 2019

Malus écologique sera durci en 2019

Le gouvernement a annoncé cet été que le malus écologique concernera plus de véhicules à partir du 1er janvier 2019. En effet, son seuil va être abaissé de 3 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. Le point sur les principaux changements.

De 120 à 117 grammes de CO2 par kilomètre parcouru

Le bonus-malus écologique fonctionne sur un barème, récompensant ou pénalisant l’acquéreur d’un véhicule neuf, en fonction des émissions de CO2. Dans le cadre du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), le gouvernement a décidé de durcir le malus, dès le tout début de l’année prochaine. 

Aujourd’hui, lors de l’achat d’un véhicule, une taxe s’applique si celui-ci consomme plus de 120 grammes de CO2 par kilomètre. Elle est due lors de la première immatriculation d’un véhicule polluant. À partir du mois de janvier 2019, ce seuil va être abaissé de 3 grammes, de sorte que le malus écologique se déclenche dès 117 grammes/km. Pour rappel, lors de sa création en 2008, la surtaxe écologique ne se déclenchait qu’à partir de 161 grammes d’émission de gaz carbonique par kilomètre.

Quel est le montant de la taxe carbone ?

Quant au montant de la taxe carbone, il ne bouge pas. Il reste à 50 € pour les véhicules qui émettent le moins de CO2 et grimpe jusqu’à 10 500 € pour les voitures les moins propres : celles qui émettent plus de 185 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. En 2018, 27.6% des automobiles du marché étaient concernées par cette taxe selon le Magazine de l’Auto, chiffre qui sera plus important encore en 2019. 

D’autres abaissements normalement à prévoir jusqu’en 2021

Un même modèle automobile peut connaître de réelles différences au niveau de sa taxation écologique, en fonction de sa motorisation. Par exemple, une Audi A1 TFSI consomme entre 94 et 115 grammes de CO2 par kilomètre. Cette motorisation n’est donc pas soumise à la taxe écologique. Toutefois, le même modèle en version S1 consomme 166g/km. L’acquéreur devra ainsi régler une écotaxe de 5 340 €. Par ailleurs, depuis le 1er septembre 2018 et la mise en application de la norme WLTP, les constructeurs ont l’obligation d’afficher les valeurs d’émissions de CO2 lors de la vente d’un véhicule. 

Pour les véhicules qui consomment le moins d’énergie, l’Etat met en place le bonus écologique, soit une aide financière lors de l’achat d’un véhicule de type électrique ou hybride. Ce bonus ne devrait pas bouger l’année prochaine et peut atteindre 6 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique neuf, ce qui concerne cependant uniquement 1,3% du marché. Ces mesures vont s’inscrire dans le temps, puisque le gouvernement a programmé des abaissements successifs du seuil de tolérance à la pollution pour les années à venir : 3 grammes en moins chaque année jusqu’en 2021.

 

Découvrez les 3 derniers articles autour de la thématique pollution :