Voiture sans conducteur, mythe ou réalité ?

google-car-prototype

Science-fiction pour certains, évolution logique pour d’autres,  la voiture sans conducteur suscite la curiosité de tous. DEKRA fait le point sur les évolutions technologiques qui accompagnent les automobilistes aujourd’hui.

La technologie déjà au service du conducteur

Autrefois seul face à la route, le conducteur est aujourd’hui bien aidé par les nombreuses technologies embarquées à bord de son véhicule. Cette assistance couvre notamment deux aspects : la sécurité et l’information.

Au niveau de la protection du conducteur et de ses passagers, les outils se sont ainsi multipliés. Quelques exemples : correcteur de trajectoire, assistance au freinage, orientation automatique des phares ou encore régulateur de vitesse sont autant d’avancées technologiques dont la diffusion se généralise année après année.

Pour ce qui est de l’information, la carte routière a été rendue relativement anecdotique par l’avènement du GPS. Le conducteur dispose aujourd’hui non seulement d’un accès à son itinéraire, mais également à des informations concernant les éventuels travaux ou ralentissements sur sa route, les points d’intérêt sur la route, etc. La technologie permet donc au conducteur de réduire les incertitudes et les dangers liés à la conduite, tout en lui fournissant de nombreux renseignements afin qu’il puisse anticiper et adapter son comportement au volant. Preuve que ces outils fonctionnent bien : la Sécurité Routière s’améliore, comme en témoignent les derniers chiffres que nous évoquions déjà  ici.

Demain, tous passagers ?

Bien assisté, le « conducteur » peut désormais se focaliser sur la route et réagir en cas de danger. Mais cela sera-t-il toujours nécessaire ? La société Google développe actuellement un projet de voiture sans conducteur. A l’été 2012, Google a annoncé que près de 500 000 km avaient été parcourus en conditions réelles par des véhicules possédant son système, et cela sans accident. La voiture sans conducteur semble donc être bien plus qu’un simple fantasme.

Les constructeurs ne sont pas en reste : début 2013, Toyota a présenté un modèle sans conducteur utilisé pour développer des technologies à destination de ses véhicules conventionnels. Ford a également annoncé reprendre ses recherches sur ce sujet et Audi a exposé un simulateur proche d’un système de pilotage automatique, ayant pour objectif de remplacer les conducteurs dans des situations de conduite monotone (autoroute, embouteillages). Si certains annoncent la commercialisation de véhicules autonomes dès 2015, d’autres estiment que des modèles totalement opérationnels ne seront pas sur les routes avant 2030. Mais les faits sont là, l’idée de véhicules sans conducteur parcourant nos routes semble de plus en plus crédible.

 

Crédit photographiques : D. Myles Cullen