Sécurité routière : les nouvelles règles qui vous attendent en 2024

13
Le blog DEKRA>Conseils>Conseils pratiques>Sécurité routière : les nouvelles règles qui vous attendent en 2024

L’année 2024 va voir son lot de changements arriver, considérés selon les cas comme bons ou mauvais par les automobilistes. Le mot d’ordre est de donner la priorité à la sécurité routière, mais certaines décisions visent à alléger les charges qui pèsent parfois sur les épaules de conducteurs. Tour de piste de ce qui va arriver dès le mois de janvier…

À partir du 1er jour de l’an, en France, les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne seront plus sanctionnés par un retrait de point sur le permis de conduire. Ils seront uniquement passibles d’une contravention, selon un décret du gouvernement publié au Journal officiel.

Cette mesure, annoncée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin en avril a été critiquée par la Ligue contre la violence routière. En 2020, 58 % des 12,5 millions de contraventions pour excès de vitesse détectés par radars concernaient des dépassements de moins de 5 km/h. La réduction d’un point sur le permis de conduire s’appliquera désormais uniquement pour les excès de vitesse compris entre 5 et 20 km/h.

Bye bye la vignette verte

Par ailleurs, la vignette verte d’assurance automobile, obligatoire depuis 1986, sera supprimée le 1er avril 2024. Dès lors, le contrôle de l’assurance se fera via le fichier des véhicules assurés (FVA), ce qui éliminera le besoin de produire et d’envoyer par la poste environ 50 millions d’autocollants chaque année. Cette mesure répond aux demandes des assureurs et vise à réduire les coûts financiers et l’impact écologique liés à la production et à la distribution des vignettes

Limitateurs de vitesse et boites noires obligatoires dans tous les véhicules neufs


Les voitures modernes, équipées de divers systèmes de sécurité, contribuent déjà à la réduction des décès sur les routes. À partir du 6 juillet 2024, un ensemble de nouveaux dispositifs, connus sous le nom de « systèmes avancés d’aide à la conduite » (ADAS), deviendra obligatoire pour tous les nouveaux véhicules (voitures, camionnettes, camions, et bus) vendus sur le marché européen.

Parmi ces systèmes, le plus controversé est l’assistant intelligent de vitesse (ISA). Ce dispositif avertit le conducteur de la vitesse maximale autorisée grâce à des technologies comme le régulateur de vitesse adaptatif et les systèmes de navigation, et peut même intervenir sur les freins. Bien que l’ISA puisse être désactivé manuellement, il se réactive automatiquement à chaque démarrage de la voiture.

En plus de l’ISA, le règlement européen introduit d’autres systèmes de sécurité, dont l’enregistreur de données d’événement (EDR), semblable à une « boîte noire ». Ce dispositif enregistre les données cruciales quelques secondes avant un accident, telles que la vitesse, la position de la direction, et l’état des feux du véhicule, contribuant ainsi à une meilleure compréhension des circonstances entourant les accidents de la route.

Période probatoire pour le permis de conduire


La commission des eurodéputés a approuvé un ensemble de mesures destinées à réformer les réglementations européennes sur le permis de conduire. Ainsi, les parlementaires européens proposent de rendre obligatoires les bilans de santé pour la délivrance et le renouvellement du permis de conduire. L’adoption définitive de cette mesure doit intervenir d’ici quelques semaines.

Les eurodéputés suggèrent également une période probatoire d’au moins deux ans pour les conducteurs novices dans l’UE, avec des restrictions comme des sanctions plus sévères pour la conduite dangereuse et un taux d’alcoolémie maximal de 0,2 g/l.

En France, les nouveaux conducteurs suivent déjà une période probatoire de trois ans avec des limitations de vitesse spécifiques et une interdiction de conduire avec un taux d’alcool supérieur à 0,2 g/l.

Par ailleurs, les jeunes pourront obtenir leur permis de conduire dès l’âge de 17 ans, une initiative annoncée par Élisabeth Borne. Bien que les détails précis ne soient pas encore clairs, cette mesure représente un pas important vers l’autonomie des jeunes conducteurs. Par ailleurs, la possibilité de conduire une voiture sans permis dès 16 ans reste en vigueur.

Rappelons qu’il est possible de passer l’examen du code de la route dans l’un des 304 centres DEKRA.

Crédit photo : Deposit Photos

Articles sur le même thème