Comment protéger la batterie de sa voiture électrique en hiver ?

S’assurer de bien charger la batterie d’une voiture électrique en hiver.

À l’instar de la voiture thermique, la version électrique est sensible à la période hivernale, car la batterie est particulièrement touchée par le froid.

C’était le cauchemar des conducteurs possédant un véhicule essence ou diesel : la panne de batterie au démarrage. Bonne nouvelle, vous ne devriez plus connaître ce problème avec une auto électrique ! En effet, ce type de véhicule a été conçu pour démarrer jusque parfois -20°. Leurs batteries ont non seulement une bien meilleure capacité que celles des voitures thermiques, mais elles sont également mieux isolées.

Le point faible des voitures électriques est donc ailleurs : si leur autonomie s’est améliorée au fil des ans, en particulier sur les modèles haut-de-gamme, elle est fortement impactée par les conditions météorologiques. Un élément à considérer avant d’envisager de partir à la montagne.

Les effets des basses températures sur la batterie

Les paramètres affectant l’autonomie de la batterie sont très différents et difficiles à mesurer.  Mais d’une façon générale, les utilisateurs de la voiture électrique remarquent une forte diminution des performances dès que le thermomètre chute.

Ainsi, l’American Automobile Association (AAA) a réalisé des tests début 2019 sur plusieurs modèles de voitures électriques. Par -6 degrés avec le chauffage activé, les modèles testés ont perdu en moyenne 41 % de leur autonomie ! Même à l’arrêt, la batterie continue de se vider par temps froid, car le système tente de se maintenir à bonne température pour faciliter le redémarrage.

Par exemple, les systèmes de récupération d’énergie de la BMW iS3 peuvent s’avérer inefficaces si les températures sont trop élevées ou trop basses. De son côté la batterie de la Nissan Leaf pourrait geler par -25 degrés empêchant toute utilisation du véhicule. Enfin l’accumulateur de la Volkswagen e-Golf est sensible au gel et peut ainsi se retrouver définitivement hors service. Preuve s’il en est, que les véhicules électriques ne sont pas à l’aise face aux conditions extrêmes.

En effet, la majorité d’entre eux possède une batterie à lithium-ion, qui fonctionne parfaitement entre 0 et 45 °C. Mais lorsque le thermomètre affiche une température négative, les électrons Li+ perdent de leur mobilité dans l’électrolyte et la batterie diminue en puissance à la décharge comme à la charge. Elle mettra également beaucoup plus de temps à se recharger.

Protéger la batterie d’une voiture électrique en surveillant la charge

Pour éviter la décharge complète et donc la panne, il existe quelques précautions à prendre. La première est de s’assurer d’avoir toujours un niveau de charge minimum de 20%, soit la réserve nécessaire pour réchauffer suffisamment la batterie de la voiture électrique au démarrage. En-dessous de cette limite, la batterie peut garder des séquelles et subir un vieillissement anticipé, surtout si vous passez sous les 5%. Il est également recommandé de ne pas dépasser les 80%, car au-dessus le voltage est plus important.

Par grand froid, l’idéal est de brancher le système électrique une heure avant de partir pour que la chaleur aide à démarrer le véhicule et pour optimiser les performances. Enfin, préférez-les courtes aux grandes charges, pour permettre à votre batterie de tenir plus longtemps.

Enfin, le meilleur conseil que l’on puisse vous donner est de conduire prudemment en hiver ! Bien entendu, pour éviter les accidents liés au verglas, mais aussi pour économiser l’énergie de votre batterie. Comme avec les véhicules thermiques, une conduite souple, sans accélération ou décélération brusques, est parfaitement compatible avec l’éco-conduite !